Louis Couperus, Van oude mensen, die dingen, die voorbijgaan… | Vieilles gens et choses qui passent

Un extrait, en néerlandais, en français

Van oude mensen, de dingen, die voorbijgaan…, 2015 (1906), p. 102-103
Vieilles gens et choses qui passent, traduit du néerlandais par S. Roosenburg, 1973, p. 138-139


Elly et Lot, les deux personnages autour desquelles se noue en quelque sorte le roman, ont quitté La Haye pour se rendre en Italie. Au début de chapitre treize, le couple, en chemin, vient d’arriver à Paris…


  Ze waren nu sedert een paar dagen te Parijs, en Elly, die nog nooit te Parijs was geweest, genoot, van het Louvre, van Cluny, van het leven op straat en in de cafés, van de theaters des avonds, zó, dat zij tante Therèse bijna vergeten hadden.
Cela faisait quelques jours qu’ils étaient à Paris et Elly, qui n’y était jamais venue, se plaisait à voir le Louvre, Cluny, l’animation dans les rues et dans les cafés, les théâtres le soir, au point qu’ils en avaient presque oublié la tante Thérèse.

     – Ach, we zullen er maar niet heen gaan, zei Lot, op een morgen, terwijl zij liepen op de boulevards.
     – Au fond, nous pourrions ne pas y aller, dit Lot un matin qu’ils se promenaient sur les boulevards.
Ze weet misschien niet eens wie we zijn.
Elle ne sait peut-être même pas qui nous sommes.

     Elly had gewetenswroeging.
     Elly avait des remords.

  – Ik heb een heel lief briefje van haar gekregen, met mijn engagement, en we hebben zelfs een cadeau van haar.
– Elle m’a écrit un petit mot très gentil quand nous nous sommes fiancés, et elle nous a même fait un cadeau.
Neen Lot, ze weet wél wie we zijn.
Non, Lot, elle sait très bien qui nous sommes.

     – Maar ze weet niet, dat we in Parijs zijn…
     – Mais elle ne sait pas que nous sommes à Paris…
Laten we er maar niet heen gaan. Tante Therèse…
N’y allons pas. La tante Thérèse,
Ik heb haar in jaren niet gezien, maar ik herinner me haar van vroeger…
il y a des années que je ne l’ai pas vue, mais je me souviens très bien comment elle était dans le temps,
Met het laatste huwelijk van mama: ik toen een jongen van achttien.
lors du dernier mariage de maman ; j’étais alors un garçon de dix-huit ans
Tante Therèse zal toen acht-en-veertig geweest zijn.
et elle devait en avoir quarante-huit.
Een mooie vrouw. Ze leek nog meer op grootmama dan onze moeder, ze had helemaal dat grote en grootse en majestueuze, wat je ziet op grootmama’s vroegere portretten en wat ze nu nog heeft in haar troonstoel…
Une belle femme. Elle ressemblait plus encore à Grand-mère que notre mère : elle avait exactement cette allure imposante et majestueuse qu’on voit sur ces premiers portraits et qu’elle a encore quand elle trône sur son fauteuil.
Het impressioneert mij altijd…
Cela m’impressionne toujours.
Heel slank en mooi en elegant… kalm en rustig, gedistingeerd, met een verrukkelijke glimlach.
Très mince et belle et élégante, elle était calme et paisible, distinguée, avec un sourire délicieux.

     – Die van de Gioconda…
     – Celui de la Joconde.

     – Die van de Gioconda, herhaalde Lot, glimlachende om zijn vrouw, die zo genoot te Parijs.
     – Celui de le Joconde, répéta Lot, en souriant parce que se femme prenait un tel plaisir à être à Paris.
Maar à-propos, Elly, van de Venus van Milo…
Mais, Elly, à propos de la Vénus de Milo,
ik heb je het niet kunnen zeggen, toen wij er voor stonden, omdat je in zo een stille verrukking was, maar…
il y a une chose que je n’ai pas pu te dire lorsque nous nous trouvions devant elle parce que ton ravissement te plongeait dans le silence, mais,
nadat ik haar in jaren niet had terug gezien, is ze mij zó een desilluzie geweest… Verbeeld je:
après tant d’années que je ne l’avais pas revue, elle m’a tellement déçu, pense donc…

     – Nu, wat dan, Lot?
     – Et quoi donc, Lot ?

     – Ik vond haar oud geworden.
     – Je l’ai trouvée vieillie !

     – Maar Lot!
     – Mais Lot !

  – Ik verzeker je, dat ik haar oud vond geworden!
     – Je t’assure, je l’ai trouvée vieillie.
Wordt dan alles oud, worden zelfs de onsterfelijken oud…!
Tout vieillit-il donc, les immortels même vieillissent ?
Ik herinner me haar van vroeger: kalm, sereen, impozant, sneeuwblank, trots haar mutilatie, tegen een eclatant donkerrood fond van fluweel…
Je me souviens comment elle était jadis : calme, sereine, imposante, blanche comme la neige, malgré sa mutilation, contre un fond de velours rouge sombre éclatant.
Ik vind haar niet meer impozant, niet meer sneeuwblank… armoedig verminkt, en het fluwelen fond was niet meer eclatant…
Je ne la trouve plus imposante, ni blanche comme de la neige, mais lamentablement mutilée, et le fond en velours n’est plus éclatant.
Alles is dof en oud geworden, en ik ben geschrikt en heb me heel treurig gevoeld…
Tout est devenu terne et vieux et je me suis senti effrayé et triste.
Ik geloof nu, nuchter-weg, dat ze, eenvoudig, haar eens moesten schoonmaken en het fluwelen gordijn vernieuwen, en dat ik dán, in een goede stemming en met een heldere dag, haar wel weêr sereen en sneeuwblank zoû vinden…
Je crois maintenant, de façon très terre à terre, qu’on devrait tout simplement la nettoyer et changer le rideau de velours, et qu’alors, me trouvant dans de bonnes dispositions et par une journée claire, je la trouverais de nouveau sereine et blanche.
Maar zo als ze zich aan mij heeft voorgedaan, vind ik haar oud geworden, en ben ik er van geschrikt. Ik ben er een uur van ontdaan geweest, maar ik heb je niets laten merken. (…)
Mais telle qu’elle m’est apparue, je l’ai trouvée vieillie, et cela m’a effrayé. J’ai été sous le coup pendant une heure, mais je n’en ai rien laissé paraître.  (…)

Téléchargez l’extrait en pdf
< Retour à la page d’annonce du Café littéraire Van oude mensen, de dingen, die voorbijgaan du 16 février 2019

Début d’été et Rentrée 2019 : découvrez les nouveaux programmes de cours collectifs de néerlandais pour adultes !

> Cycles de 6 jours consécutifs juillet et début septembre 2019 (cliquez)

> Cycles de 16 semaines entre le 9 septembre 2019 et le 27 janvier 2020